Désert de Pierre

Je viens de rentrer d’un voyage à l’étranger. Je suis épuisé. Fichu décalage horaire, malgré que j’aie ingéré de la mélatonine. Je traîne mes savates. J’ai à peine la force de me raser le matin. Mes paupières sont lourdes, mon teint blafard, mes épaules tombantes, ma babine pendante et mon sourire décidément très grimaçant. Il faut dire que je suis parti récemment en voyage, un vol qui a duré une éternité avec quatre escales successivement. Le dernier trajet s’est fait dans un avion à hélices avec un atterrissage dans une ville, aux confins d’une terre mangée par le soleil. J’y suis resté trois semaines environ, dans ce petit hôtel sans circonflexe sur le « o ».


Il y a eu cette escapade de quelques jours en jeep, avec un guide, un cuisinier, une tente, un fusil et mon Leica argentique. Trois poules nous accompagnaient, puis deux, puis une. Finalement, nous n’avions plus que de l’eau et quelques biscuits. Un désert de pierres avec quelques vaches ça et là. Bon sang, que broutaient-elles donc ?

Tout à coup, j’ai vu devant moi des réverbères qui brillaient, en deux lignes, indéfiniment. Où ça ? Mais dans ce désert voyons …. et en plein jour en plus ! La jeep tressautait sur cette unique piste plate et longiligne. De chaque côté, sur une distance de 100 km, ils se dressaient vers le ciel, tous allumés !

Un diamant dans le désert selon mon guide qui m’expliqua, avec une grande fierté, que cette œuvre relevait de la volonté d’un cheikh, afin de relier son campement à la ville. Ses affaires l’avaient amené un jour en Belgique. Là-bas, les lampadaires, le long des autoroutes, restaient constamment allumés ! De retour au pays, il s’est empressé de reproduire ce phénomène à l’identique.

Je me souviens qu'au bout d’une demie-heure de route, nous avions aperçu au loin un point noir. Nous nous étions approchés prudemment, la main au fusil. Nous avons vite été rassurés. Une jeep, la même que la mienne, s’était tout simplement encastrée dans un des réverbères, tuant sur le coup ses occupants !

Une petite annonce, lue quelques jours plus tard au bas d’une page du journal du coin, indiquait que le « cheikh aux réverbères » comme on l’appelait, avait mystérieusement disparu avec son chauffeur et ses deux gardes du corps. Il y avait bien quatre corps dans ce véhicule calciné sur la piste là-bas, j’en étais sûr !!! Simple coïncidence ? Certainement pas !


Jusque-là, tout va bien pour moi. En tout cas, j’essaie de m’en persuader. J’ai pris depuis quelques années l’habitude de parcourir le monde, à la recherche des contrées les plus insolites. C’est à la fois ma passion et mon métier. Mon copain Fred et moi-même nous publions des bouquins avec de belles reliures, c’est-à-dire pour un lectorat qui pourrait s’évader, mais ne prend pas le temps. Fred écrit des textes poétiques pas « intello » et moi je les sublime avec mes photos. Cela marche relativement bien ; notre chiffre d’affaires nous permet de vivre correctement, même si simplement.


Trois heures d’attente, ça pouvait sembler beaucoup. Pas du tout, le temps n’avait aucune emprise là-bas. Depuis le bout de la piste d’atterrissage, j’ai contemplé une dernière fois l’immensité du lieu. J’ai pensé à Fred. Que va-t-il écrire pour accompagner mes photos de cailloux broutés par des vaches, de ciels qui descendent sur terre, et de réverbères allumés en plein jour ! L’avion à hélices est finalement arrivé. On était le 11 octobre, je suis arrivé chez moi le 15.


Pourquoi suis-je vidé à ce point ? Bah, ça doit être l’âge. 57 ans au compteur. Je me rends compte que ma carcasse est bien maigre, de plus en plus peut-être. Elle est toujours debout pourtant, à me suivre fidèlement partout, sans sourciller. Malheureusement, j’ai attrapé une amibe lors d’un précédent voyage, qui ne me lâche plus. Je profite donc de ces quelques semaines entre deux voyages pour me reposer, me balader et revoir mes potes. D’ailleurs j’attends Fred d’un instant à l’autre, pour lui montrer mes dernières photos. Il est en retard. Je décide donc d’attaquer ma pile de courrier.

Rire aux larmes, mais oui, la voilà la solution. Je tiens entre les mains un prospectus proposant une thérapie par le rire. « Trois jours pour remettre le rire dans sa vie ! Plus qu’une simple détente, la rigologie est aussi une manière ludique d’explorer les profondeurs de son être, ses émotions et ses inhibitions. L’institut français du rire (IFR) vous accueille dans ses locaux à la rue Migenne dans le 15ème, pour des stages ouverts à tous, qui permettent également de délivrer un diplôme de rigologue à ceux qui désirent ouvrir un club de rire. »

On sonne à la porte. Fred est là !

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
Recent Posts
Archive

Pour m'écrire : cliquer ICI

Je danse dans le vent.

 

Une fleur cachée parmi les herbes.

Un souffle joue avec la légèreté.

Je plie, fléchis, touche terre.

Je me relève, j'essaie en tout cas.

© 2015 by  Dominique Marilley. Created with Wix.com