On en a parlé dans le journal

A la page 3. Celle qu’on regarde en 1er. Ou plutôt celle qui attire les regards masculins. Que dis-je ? Mâles est le bon terme. Bref, l’entrefilet qui nous intéresse est juste en-dessous, un peu sur la droite : « Un homme a été retrouvé mort, vraisemblablement de peur, jeudi soir vers 23h30, au fond de l’impasse Saint-Joseph. Une enquête est ouverte ».

Cet homme, c’est Gaston. Le tenancier du tripot à l’angle de la rue Bontemps et justement de l’Impasse Saint-Joseph. Une sale brute. Gras du bide, teigneux, ricanant. Un vieux cigare éteint au coin du bec. Le bec, il ne l’ouvrait que pour hurler sa vie ratée. Ah ça oui, il crachait à la gueule de toute personne qui se retrouvait, malencontreusement ou pas, en face de lui.

Je vais vous la raconter moi, l’histoire de sa mort. J’y étais. Et pas tout seul. Milou, Victor, Pierre et Roger m’accompagnaient ce soir-là. Un jeudi comme les autres. Fourbus comme pas possible qu’on était. Juste avec une envie de nous retrouver, de battre le pavé côte à côte, mains au fond des poches, le regard rivé sur le bout de nos chaussures.

Les rues étaient vides, les lumières crues, l’air glacial. On connaît bien le tripot du Gaston, le plus glauque de la ville ! Toute la misère humaine s’y entassait. Au bout d’une heure d’errance, on est arrivés à l’extrémité de l’impasse Saint-Joseph. Une ombre s’affairait au bout. C’était Gaston qui sortait ses poubelles en jurant et crachant. On s’est approchés. Il hurla : « bande de trognes, foutez-moi le camp d’ici » ! C’est alors que Milou sortit de sa poche son fameux revolver, un vrai faux qui ne le quitte jamais ! Il le pointa vers le bistrotier en hurlant encore plus fort : « je vais te tuer gros dégueulasse » !

Je vous laisse imaginer la suite. Je dois dire qu’on n’éprouve aucun remord. LE Gaston, mourir de peur. Ah la bonne blague ! C’est arrivé il y a 3 mois. Le tripot est resté fermé depuis. C’est aujourd’hui jeudi. Le notaire nous attend, Milou, Victor, Pierre, Roger et moi. Je crois que c’est le beau jour de notre vie. On va signer un tas de documents. On s’est décidés il y a 2 semaines. On achète le tripot, tous les 5 !!!!

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
Recent Posts
Archive

Pour m'écrire : cliquer ICI

Je danse dans le vent.

 

Une fleur cachée parmi les herbes.

Un souffle joue avec la légèreté.

Je plie, fléchis, touche terre.

Je me relève, j'essaie en tout cas.

© 2015 by  Dominique Marilley. Created with Wix.com